Objectif : Jour de la Terre - 22 avril 2018


Le 7 avril 2016, quand j'ai vu le premier ministre Justin Trudeau s'ouvrir une bouteille d'eau de 500 mL dans l'antichambre du studio de l'émission Gravel le matin à Radio-Canada, je me suis dit : « Pourquoi ne pas mettre en branle un processus pour bannir les bouteilles d'eau de 500 mL de tous les édifices publics et parapublics des gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux d'ici un an, le 22 avril 2018, Jour de la Terre? » 

Juste au Québec, on consomme près d'un millard de bouteilles de 500 mL chaque année, dont plus de la moitié ne sont pas recyclées. De plus, beaucoup de remplissages de bouteilles qui nous sont vendues à fort prix par des multinationales comme Coca-Cola (Dasani) et Pepsi-Cola (Aquafina) se font à partir du robinet! C'est pourquoi j'ai lancé cette pétition le 22 avril 2016 dernier. Je vous invite à la signer en grand nombre!

Le 22 juin 2016, l'émission L'épicerie de la télé de Radio-Canada a proposé ce reportage intitulé Les bouteilles d'eau en plastique : une industrie polluante et surtout inutile. Regardez-le, vous irez sans doute signer la pétition ensuite. Voir aussi ce reportage de Mélissa François, Un résident de Sutton fait la guerre aux bouteilles d'eau de 500 ml, de la télé de Radio-Canada à Sherbrooke et diffusé le 18 mai, qui a probablement mis la puce à l'oreille des recherchistes de l'équipe de L'épicerie.

Beaucoup de gens me disent que toutes les bouteilles de plastique devraient être bannies... Je ne suis pas en désaccord, mais spécialiste du marketing social, ayant créé des campagnes pour la CSST, Santé Québec et la SAAQ, pour amener des changements de comportement, je sais très bien qu'il faut y aller graduellement, par petits pas. 

Logo créé en 1998 par Richard 
Leclerc et Michèle Petitclerc
Rappelez-vous pour le tabac. Au Québec, tout a commencé dans les années 90 avec l'interdiction de fumer dans les édifices gouvernementaux, pour aboutir en 1998 à la Loi sur le tabac et l'interdiction de fumer dans tous les lieux de travail. Puis les restaurants, les discothèques et les bars. Pas à pas. Pour les bouteilles de plastique, il faut bien commencer quelque part. Pourquoi pas à nouveau au gouvernement? Il existe d'ailleurs des fontaines d'eau dans tous les édifices gouvernementaux que j'ai visités au cours des dernières années. À chacun sa bouteille réutilisable!

J'ai donc commencé par ma municipalité, Sutton, dans les Cantons-de-l'Est. J'ai présenté au conseil de ville une résolution dont voici le texte :

Projet de résolution pour diminuer la consommation de bouteilles d’eau de 500 mL

Au Québec, il se distribue annuellement plus d’un milliard de bouteilles d’eau de 500 mL. Malheureusement, environ 700 millions de ces bouteilles, une fois vide, ne sont pas récupérées et se retrouvent dans des sites d’enfouissement. On note aussi que très souvent, on ne consomme même pas toute l’eau de ces bouteilles… un vrai gaspillage!

De nombreuses municipalités du Québec, dont la Ville de Sutton, proposent à leurs citoyens une eau propre à la consommation. Les édifices municipaux doivent donc donner l’exemple et les responsables doivent bannir le format individuel de 500 mL à l’intérieur de leurs murs. Il est recommandé d’utiliser des pichets et des verres lavables pour les réunions et même dans les bureaux des employés, qui peuvent aussi utiliser des pichets, des verres ou bouteilles réutilisables. Un geste écologique et économique.

Il est donc proposé que l’hôtel de ville de Sutton devienne un espace sans bouteille d’eau de 500 mL d’ici le 22 avril 2016, Jour de la Terre, et qu’il soit recommandé aux autres édifices publics de la ville d’en faire autant, afin de réduire l’empreinte écologique de notre municipalité dans les sites d’enfouissement, d’ici le 22 avril 2017.
 
Richard Leclerc
Citoyen de Sutton

Une pétition pour BANNIR les bouteilles d'eau de plastique de 500 ml




Publié le 5 mai 2016

ENVIRONNEMENT. Le résident de Sutton, Richard Leclerc, tente de faire diminuer la consommation d'eau en bouteilles de 500 ml au Québec grâce au lancement d'une pétition. Son premier objectif est de les bannir des édifices gouvernementaux. 


Par Andréanne Turmel
Le mois dernier, le Suttonnais a déposé un projet de résolution au conseil de ville de Sutton afin de diminuer la consommation de bouteilles d'eau de 500 ml. Et les élus ont emboîté le pas. «Les édifices municipaux doivent donc donner l'exemple et les responsables doivent bannir le format individuel de 500 ml à l'intérieur de leurs murs», peut-on lire dans la résolution qui a été adoptée le conseil municipal il y a quelques semaines.
Sutton a donc été la première municipalité à appuyer le projet de Richard Leclerc en interdisant ces bouteilles de plastique depuis le 22 avril.
« Je veux créer un mouvement», explique M. Leclerc, qui se base sur la façon dont la cigarette a été progressivement interdite dans les lieux publics au début des années 2000 pour créer son plan d'action. C'est pour cette raison qu'il s'est donné jusqu'au prochain Jour de la Terre pour «arriver à des résultats intéressants ».
L'idée de Richard Leclerc lui est venue lorsqu'il a vu le premier ministre du Canada Justin Trudeau ouvrir une bouteille d'eau pour n'en boire qu'une seule gorgée à l'émission Gravel le matin. « Il devrait être le premier à contredire cette situation et à servir d'exemple, en tant que représentant », croit M. Leclerc.
Une vague au Québec
Maintenant, Richard Leclerc espère créer une vague qui va se répandre dans les autres édifices gouvernementaux de la région et à l'échelle du Québec.
Pourquoi seulement bannir les bouteilles de 500 ml? Parce que, selon M. Leclerc, ce sont elles qui sont les plus consommées et gaspillées. « Juste au Québec, on consomme près d'un milliard de bouteilles de 500 ml chaque année, dont plus de la moitié ne sont pas recyclées», écrit-il sur son blogue. Ce dernier affirme avoir tiré cette information de l'émission de télévision La vie en vert à Télé-Québec.
Le concepteur publicitaire voit la réduction de consommation de bouteilles d'eau comme un geste à la fois écologique et économique. «L'eau du robinet, ça ne coûte rien et une bouteille réutilisable est un achat rentable». Il encourage par la même occasion l'utilisation de pichets et de verres d'eau.
Pour le moment, le publiciste sociétal chez Publici-Terre a créé une pétition en ligne nommée « Les édifices gouvernementaux du Québec (fédéral, provincial et municipaux): la diminution des bouteilles d'eau de 500 ml ». L'objectif est d'amasser 500 signatures et de remettre ensuite le document à tous les ministres fédéraux et provinciaux ainsi qu'aux dirigeants de l'Union des municipalités du Québec. Pour en savoir plus sur la pétition, cliquez ici.